Book – Elena Rjevskaïa, “Carnets de l’interprète de guerre”, Christian Bourgois, 2011.

Elena Rjevskaïa, Carnets de l’interprète de guerre

Traduit du russe par Macha Zonina et Aurore Touya

Christian Bourgois Editeur, 2011, 392 pages.

Publisher’s note:

À l’automne 1941, la jeune Elena Rjevskaïa s’engage auprès de l’Armée rouge pour devenir interprète. Suivant les batailles qui se succèdent en Russie, en Pologne et en Allemagne, elle accompagne les membres de l’état-major soviétique afin de traduire les documents dérobés à l’ennemi et d’interroger les prisonniers de guerre. C’est ainsi qu’elle entre dans Berlin au printemps 1945.
Si les combats armés ont cessé, la jeune femme se livre à une lutte pour la vérité. Elle est en effet le témoin privilégié de la découverte et de l’identification du corps d’Adolf Hitler. Mais le pouvoir soviétique, qui entend entretenir le mythe de la menace nazie, étouffe l’enquête.
C’est sur cette trajectoire hors du commun que revient ici l’auteur, dans ces mémoires qui éclaircissent plusieurs épisodes de la Deuxième Guerre mondiale, leurs conséquences en Russie, et révèlent les détails d’une affaire politique longtemps gardée secrète.

 



Cite this blog post
Elisabeth Sieca-Kozlowski (2011, June 20). Book – Elena Rjevskaïa, “Carnets de l’interprète de guerre”, Christian Bourgois, 2011. Post-Soviet Armies Newsletter. Retrieved June 13, 2024, from https://doi.org/10.58079/t1o4